Bhagwati


  • Bhagwati

  • Auteur : François daireaux
  • Année : 2017
  • Catégorie : ESSAI
  • Fiche Technique

  • Titre : Bhagwati
  • Réalisateur : François Daireaux
  • Images & son : François Daireaux
  • Avec le soutien de : L'Institut Français (Bourse Hors-les-murs) et La Région Bretagne (Innovation-Recherche)
  • Production : Spectre Productions

Devki est le patron de "Bhagwati Glass Enterprises", une fabrique de tubes de verre qu’il a fondé en 1973 à Firozabad, en Inde. Aujourd'hui, il est âgé, fatigué et cela fait bien longtemps qu’il ne se rend plus sur les chaînes de production, se cantonnant à son bureau. De là, il regarde sur un écran de contrôle les images de six caméras de surveillance qui filment en continu les espaces de travail et le bureau. Ces images floues et vacillantes sont son seul contact avec l’activité de ses ouvriers qui produisent jour et nuit des quantités phénoménales de tubes de verre
Étrange invité qu’on oublie le plus souvent, je reste assis là, dans ce bureau, des journées entières à filmer les images de l'écran de contrôle tout en enregistrant les conversations hors-champs. Au gré des visites d'amis, de commerçants, d'ouvriers, d'avocats, de proches, la porte s'ouvre, se ferme. Je capte et consigne ces dialogues intimes, politiques, économiques qui font de ce lieu un véritable microcosme connecté au monde global. À huis clos, des histoires se déroulent, s'entrecroisent, des récits s'élaborent alors que dans les espaces de production, les ouvriers se reposent, attendent, respirent, jouent à proximité du fil de verre incandescent qui passe et s'étire indéfiniment au travers de la fabrique. A force de le suivre du regard, la déesse Bhagwati m’est apparue.

img001.jpg
img002.jpg
img003.jpg
img004.jpg
img005.jpg
img006.jpg
img007.jpg
img008.jpg
img009.jpg
img010.jpg

Biographie
Prendre la décision de partir et aller voir ailleurs s’il n’y est pas : c’est le choix de l’artiste François Daireaux qui n’a de cesse de prendre le pouls du monde, ses battements, pressions et pulsations, ses cadences, ses arythmies, ses moments de pause, ses silences et ses vacarmes. A la recherche de points de contact possibles, en quête de sons, d’images animées et d’images fixes mémorisés grâce à ses appareils d’enregistrement embarqués, caméra numérique, appareil photo argentique et enregistreur sonore, François Daireaux va à la rencontre d’endroits particuliers du monde et ses pas le portent là où l’homme vit et travaille.
Hors des cartographies touristiques et de toute forme d'exotisme, voilà près de vingt-cinq ans qu'il part seul dans des pays qu'il ne connaît pas pour en tirer des expériences. Il compose ainsi le vocabulaire de son œuvre qu'on peut aborder comme un espace étendu de la sculpture - y compris dans sa manière de construire ses images photographiques et ses films. Il travaille comme un glaneur, de formes, de situations, d’images dans un exercice pugnace et solitaire du regard. Il creuse et sculpte les couches du réel, obsédé par le geste et les transformations qu'il opère tant dans la matière que dans l'espace social. Ces dernières années, le travail photographique et filmique de l'artiste s'est intensifié pour affirmer une œuvre visuelle dont on saisit aujourd'hui les contours et les engagements, tant dans le questionnement de l'aliénation des corps que dans une approche sensible de l'entropie urbaine des pays émergents.

Filmographie
Haining, 26’, 2015
Dui ma ?, 58’, 2015
Aires, 54', 2013
Suite, 114', 2014
Firozabad, 64', 2013
Les rêves de Daireaux , 55', 2012

Site Internet : http://www.francoisdaireaux.com